Déclaration

Attendu que, suite à l’exercice du droit d’initiative, une vaste consultation publique a été menée par l’Office de consultation publique de Montréal sur la réduction de notre dépendance aux énergies fossiles;

Attendu que dans le plus récent plan de développement durable de la collectivité montréalaise, Montréal durable 2016-2020, la Ville se fixe comme objectif de réduire de 80 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 ;

Attendu l’urgence des enjeux planétaires et humanitaires liés aux changements climatiques et ayant fait l’objet d’une conférence des Nations Unies en décembre 2015 (COP21), où a été conclu un accord soulignant que les villes et les gouvernements de proximité doivent jouer un rôle de premier plan dans le dossier des changements climatiques;

Attendu l’importance de Montréal qui dispose de nombreux atouts pour s’affirmer sur la scène nationale et internationale comme métropole leader de la lutte aux changements climatiques;

Attendu les retombées en matière de santé et de prospérité économique que procureraient un virage vert et une efficacité énergétique beaucoup plus élevée;

Attendu la dynamique sociale, environnementale et économique qu’insufflerait une ville sans énergies fossiles.

EN CONSÉQUENCE, LES SIGNATAIRES DEMANDENT :

Que la Ville de Montréal et la collectivité montréalaise soient exemplaires et entreprennent des actions concrètes, ambitieuses et réalisables afin de réduire notre dépendance aux énergies fossiles et d’atteindre la neutralité carbone(*) d’ici 2042, année du 400è anniversaire de la Ville.

En effectuant dès maintenant cette nécessaire transition vers des énergies propres et des modes de production et de consommation plus sobres en carbone, nous réussirons à nous adapter et à atténuer les impacts des changements climatiques, tout en améliorant la santé et le bien-être des Montréalais, tant présents que futurs, et à faire de Montréal une référence d’avant-garde et d’innovation à l’échelle internationale.

Pour atteindre notre objectif, nous proposons que Montréal entreprenne quatre grandes actions

  1. Assurer la participation publique dans la planification et la mise en oeuvre de la transition énergétique ainsi que dans l’allocation des ressources financières requises pour celle-ci.
  2. Adopter un budget carbone rigoureux, ambitieux et systématique, basé sur la science et visant une décarbonisation rapide de l’économie.
  3. Optimiser la collecte de données et les rendre ouvertes pour pouvoir faire un inventaire des émissions de GES chaque année, de façon à mesurer les progrès accomplis vers l’atteinte de notre cible.
  4. Appliquer à tout projet proposé sur le territoire montréalais un « test climat » évaluant les émissions de GES de l’ensemble de son cycle de vie, même ceux produits hors de l’île.

Signer la déclaration

*Selon l’Alliance des villes carbo-neutres, la neutralité carbone correspond à une diminution d’au moins 80% des émissions de GES par rapport au niveau de 1990. L’Alliance fixe cette cible pour 2050.