REM de l’Est : nos questions à CPDQ-Infra

La CDPQ-Infra prévoit une phase 2 au REM, qui desservirait l’est et le nord-est de Montréal. Ce projet soulève beaucoup de questions et de critiques, entre autres en raison du tracé aérien au centre-ville et dans l’est de la ville. Nous avons posé quelques questions à Mme Virginie Cousineau, Directrice, Affaires publiques, CDPQ-Infra.

Crédit photo : CDPQ-Infra

CDPQ Infra a-t-elle une méthodologie pour évaluer les impacts environnementaux de vos projets en termes de cycle de vie conséquentiel ?

CDPQ Infra mène des études d’impact sur l’environnement selon les meilleures pratiques. Ces études documentent et évaluent les impacts environnementaux des projets ainsi que les mesures d’atténuation/compensation pour les minimiser, voire les « annuler ».

L’analyse de cycle de vie n’est pas à proprement parlé effectuée sur le projet du REM de l’Est et n’est pas exigée par le Ministère de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques.  Ce type d’analyse est facilement applicable aux produits mais difficilement applicable aux projets complexes.

Votre méthodologie est-elle basée sur un standard international ?

Nos études d’impact sur l’environnement sont conformes aux meilleures pratiques et suivent en tous points la directive du Ministère de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques qui est émise spécifiquement pour le projet. Toute notre approche est basée sur le principe internationalement reconnu qui consiste à éviter, minimiser, compenser.  L’avis de projet et la Directive du MELCC pour la réalisation de l’étude d’impact sont disponibles sur le registre du MELCC :  https://www.ree.environnement.gouv.qc.ca/projet.asp?no_dossier=3220-08-001

Avez-vous intérêt à prendre le leadership dans ce dossier pour s’assurer que les projets vraisemblablement «verts» le soient réellement ? (voir hausse importante de la cimenterie à Port-Daniel à cause du REM 1)

Nous faisons preuve de leadership à plusieurs égards en matière de réduction des GES. En plus de développer des projets de transport collectif qui permettent de réduire les GES émis par les voitures, nous avons pris l’engagement de compenser les émissions de GES émises pendant la phase de construction du REM 1.0. par la plantation de 250 000 arbres. Nous prenons le même engagement pour le REM de l’Est, la stratégie de compensation reste à définir. À terme, nos projets visent la carboneutralité puisque le REM est une technologie 100% électrique et donc sans émission de carbone pendant la phase d’opération.

Quand vous avez choisi la technologie du Skytrain, est-ce que vous avez étudié d’autres technologies moins polluantes (en termes de ciment) ? Ces études sont-elles disponibles ?

Nous avons réalisé une analyse comparative de trois modes de transport collectif pour desservir l’est et le nord-est de Montréal, à savoir le tramway, le tram-train et le métro léger. Cette étude est publique est disponible ici : https://cdpqinfra.com/sites/cdpqinfrad8/files/2021-05/Rapport_Choix_du_mode_pour_lEst_de_Montreal.pdf. La solution du métro léger est celle qui permet de répondre à la demande pour les prochaines décennies.  Le choix des matériaux pour la construction de la structure aérienne n’a pas encore été effectué et fera l’objet d’une attention particulière par les architectes et le Comité d’experts mandaté pour définir les lignes directrices architecturales du projet.

Prévoyez-vous un tarif social/jeunesse/ainées pour le REM ?

Il appartient à l’ARTM de déterminer la grille tarifaire pour les services de transport collectif dans toute la région métropolitaine. Une nouvelle grille tarifaire a été adoptée en 2021 et prévoit des tarifs sociaux : https://www.artm.quebec/tarification/refonte-tarifaire/

Est-ce que vous travaillez avec l’ARTM pour la planification du réseau de transport  (c’est l’ARTM qui a cette responsabilité)  ?

Plusieurs forums de collaboration sont en place avec l’ARTM et le gouvernement du Québec pour planifier les projets. Un comité opérationnel, où siège l’ARTM, se réunit sur une base régulière depuis le début des études pour le REM de l’Est (mai 2019) pour partager des scénarios de tracés ou les résultats d’achalandage. C’est dans le cadre de ce forum que nous tirons profit de l’expertise et des données de l’ARTM pour raffiner et bonifier nos analyses. De nombreux autres forums de collaboration sont également en place avec l’ARTM pour discuter d’interfaces opérationnelles, que ce soit sur la refonte tarifaire, l’accessibilité universelle ou les effets sur les autres réseaux de transport.

Par ailleurs, le mandat octroyé à CDPQ Infra par le gouvernement du Québec pour l’étude d’une solution de transport pour l’est et le nord-est de Montréal faisait suite à la recommandation de l’ARTM d’améliorer la désserte en transport collectif de ce secteur.

Avez-vous pensé aux impacts du REM sur le réseau (Train de l’est, Ligne verte, SRB sur Pie-IX) ?

L’ARTM poursuit ses analyses sur le REM de l’Est afin de déterminer avec plus de précision les effets d’un nouveau mode structurant de transport collectif pour l’est de Montréal sur les réseaux existants.

REM de l’Est : nos questions à CPDQ-Infra
Marqué comme: